Comparatif régime hyperprotéiné « avec sachet » et régime protéiné « naturel »

 
Attention : l’attribut de différenciation « naturel » n’est pas justifié lorsque les protéines utilisées pour les sachets sont d’origine alimentaire (lait, œufs, soja…)
 
Les sachets protéinés de qualité, constitués de protéines alimentaires ne sont pas moins « naturels"  le lait ou les soupes en poudre.

 
Quel que soit le régime hyperprotéiné, les phases se ressemblent sur le principe :

 
— Les glucides sont exclus des premières phases et les lipides sont généralement limités (mais pas dans tous les cas, ce qui est une absurdité).
Nota :les régimes à bases d’œufs où l’on consomme le jaune sont à bannir : on ne perd pas du poids pour faire flamber son cholestérol !
 
— Au fur et mesure des phases on rajoute les fruits et les produits laitiers (qui sauf fromages « caillés » [pâtes molles, dures et à moisissures] contiennent naturellement des sucres [lactose pour les produits laitiers, fructose pour les fruits]
 
— Viennent ensuite en dernier les sucres « lents » [féculents et pain)  puis « rapides » (pour résumer tout ce qui a un goût sucré : sucre, sodas, desserts sucrés… ), en quantité limitée pour ces derniers.
 
Certains régimes tiennent compte de ce que l’on appelle l’ « indice glycémique » : les sucres rapides ont un index glycémique élevé, les sucres lents un indice glycémique faible.
 
À noter : cette notion d’indice glycémique est intéressante, mais insuffisante. Pourquoi ?


Un indice glycémique élevé pour un produit qui contient peu de sucre n’a aucune importance, en effet, que le sucre soit libéré rapidement alors que l’aliment en contient peu n’a strictement aucune importance. Par contre, un indice glycémique relativement bas pour un produit contenant beaucoup de sucres devrait être pris en compte, car son effet sur la glycémie peut être significatif en fonction de la quantité consommée.
On a compris que l’indice glycémique doit être accompagné de la notion de « charge glycémique » soit la quantité totale de sucre contenue dans la portion.
 
L’avantage des sachets c’est que l’on dispose de protéines « pures », très assimilables et pratiquement sans matières grasses et sans glucides ce qui est très difficile à obtenir avec des produits alimentaires classiques (les viandes contiennent des matières grasses et les protéines végétales sont généralement riches en sucres « lents »).
 
D’autre part, il ne faut pas oublier que les produits alimentaires contiennent un pourcentage d’humidité important, il faut donc en prendre de plus grandes quantités pour obtenir une quantité suffisante de protéines par jour.


À titre indicatif la volaille contient 15 g de protides et 8 grammes de lipides pour 100 g alors qu’un sachet hyperprotéiné de 25 grammes contient en moyenne 18 g de protéines pour environ 1 gramme de lipides.
 
Ce qu’il faut savoir :
 
Un régime à base de protéines animales exclusivement présente autant de risques potentiels pour l’organisme qu’un régime à base de sachets hyperprotéinés : carences vitaminiques équivalentes, acidification de l’organisme identique, fuite de potassium similaire : ce que l’on compense par des apports supplémentaires dans le régime hyperprotéiné avec sachets devrait tout autant se faire dans un régime hyperprotéiné alimentaire, ce qui devrait être conseillé.
 
Pire dans certains cas : on ajoute toujours des légumes dans un régime hyperprotéiné avec sachets ce qui permet tout de même d’apporter des minéraux, des vitamines, des fibres et du potassium (les végétaux en sont riches) alors que certains régimes protéinés dits « naturels » excluent totalement les légumes dans leur première phase.
Pour compenser cet inconvénient, cette phase est courte (une semaine) et non reconductible ce qui fait que la perte de poids rapide s’arrête à ce stade.
 
Pourquoi retirer les légumes ? Pour rendre le régime plus efficace, car les protéines ingérées contiennent plus de matières grasses et/ou plus de sucres : on enlève donc les légumes pour diminuer tout apport de glucides supplémentaire, alors que ce sont les légumes qui sont diététiquement plus intéressants.
 
Un argument peut valoir : le désagrément de ne manger que « des poudres »
Mais il est relatif : les produits protéinés se sont bien améliorés gustativement, les goûts et les textures sont variés et l’on peut les cuisiner simplement pour augmenter les saveurs (voir nos recettes).
 
En ce qui concerne le prix, il suffit de comparer le prix d’un sachet avec le prix de la même quantité de protéines animales, par exemple 120grammes de blanc de poulet de bonne qualité (contenant peu d’eau), dans la plupart des cas ce sont les protéines animales les plus couteuses.
 
Les contre-indications du régime protéiné avec sachets devraient aussi s’appliquer aux régimes protéinés « alimentaires » stricts (phase 1 et certaines phases 2)
 
À retenir :


La cétose obtenue lors de la phase 1 du régime hyperprotéiné avec sachets ne s’obtient malgré tout qu’avec difficulté au cours d’un régime protéiné dit "naturel", car les aliments ont plus de variabilité de composition que les sachets.
 
La cétose est le résultat du brûlage intensif des graisses par le corps, son avantage est de maigrir très rapidement et de ne pas ressentir de sensation de faim. Elle procure en général une sensation de grande tonicité ce qui facilite le régime.
 
Bien sûr, cette cétose est inutile pour perdre 3 kg, on a en effet aucun besoin de perdre 3 kilos dans un temps record et ce n’est pas non plus recommandé.
 
Mais dans ce cas, il n’y a pas non plus besoin de faire un régime protéiné "naturel" strict, ni de s’enfermer dans un protocole compliqué.
 
Il suffit de diminuer les apports caloriques globaux et d’enrichir un peu sa ration en protéines (passer par exemple des 15 % « normaux » à 25-30 %) pour bénéficier de l’effet coupe-faim des protéines et conserver toute sa masse musculaire, malgré la baisse de l’apport calorique.
 
On supprimera uniquement les sucres rapides et on conservera des sucres lents en quantité raisonnable le matin et à midi.
Une perte de poids de 1 à 1,5 kg par semaine peut être réalisée ainsi, avec une grande facilité et sans faire violence à un organisme qui n’est pas en grand surpoids.
 
Dans ce cas le régime alimentaire enrichi en protéines animales ou végétales (utiliser le soja qui contient tous les acides aminés) peut être tout à fait valable et l’utilisation de sachets ou barres substituts de repas peut être également une solution simple et pratique.